7c3abbf1cd506ff223baee52b539e24c_L

Caverton, une entreprise nigériane spécialisée dans les prestations de services divers aux entreprises opérant dans le secteur pétrolier et gazier, a obtenu l’autorisation du Nigerian Stock Exchange (marché financier nigérian), de se lister le 20 mai 2014 prochain, à travers l’émission de 3,35 milliards d’actions ordinaires de 9,5 nairas l’unité, soit une valeur globale de 31,8 milliards de nairas (197 millions $).

Selon Aderemi Makanjuola, le président fondateur  de l’entreprise, la décision de s’introduire en bourse avait été prise depuis 2008. « Nous avons estimé que compte tenu des opportunités significatives qu’offrait le marché et notre positionnement, recourir seulement à l’endettement comme mécanisme de financement était limitatif. Nous avons donc examiné le cas des entreprises similaire à la notre et qui présentent un profil de trajectoire semblable. Il a été décidé à la suite que le marché des actions était celui qui nous convenait le mieux », a fait savoir monsieur Makanjuola, face à des journalistes

L’entreprise, une initiative familiale et purement nigériane, a débuté les opérations en 1998 sous l’appellation Caverton Marine. Mais le contrat qui changera tout pour elle, intervient en 2010, lorsqu’elle signe avec le géant pétrolier Shell un accord de prestation de service d’une valeur de 648 millions $ et d’une durée de 5 ans, extensible à deux ans supplémentaires. Caverton collabore aussi avec Total, Addax, et COTCO (ExxonMobil au Cameroun)

Aderemi Makanjuola dit ne pas craindre de faire l’objet d’une offre publique d’achat, une fois que son entreprise sera sur le marché financier nigérian. “Je ne crains pas une acquisition de mon entreprise et je le dis avec beaucoup d’humilité. Toutefois, il est clair qu’ouvrir son capital au public permet d’injecter du sang neuf dans le management tout en renforçant les dispositifs de gouvernance au sein d’une entreprise”, a-t-il commenté.

Après l’entrée en bourse de Seplat, Caverton est la deuxième entreprise liée au secteur pétrolier, qui entre  sur le marché financier. L’entreprise se défend de bonnes performances financières. En 2012, ses activités au profit des compagnies pétrolières lui ont rapporté un bénéfice global d’un milliard de nairas. Ses revenus globaux ont durant la même période, été de 16,4 milliards de nairas.

Idriss Linge(Agence Ecofin)

AFRICPOST

Comments

comments

Loading...