arton8099Les analyses post mortelles effectuées sur deux des cadavres parmi les cinq décès survenus à l’hôpital de Tanguiéta se sont révélées positives à la fièvre hémorragique à virus de Lassa a annoncé, Mme la ministre de la Santé, Dorothée Kindé Gazard au cours d’une conférence de presse à Cotonou. Le virus est proche d’Ebola, mais il peut être soigné s’il est diagnostiqué à temps selon les spécialistes médicaux. Notons que c’est la première fois que le virus apparaît au Bénin.

La fièvre de Lassa est une fièvre virale hémorragique aiguë décrite d’abord en 1969 dans la ville de Lassa, dans l’état de Borno au Nigeria. Des cas de la maladie avaient été connus il y a dix ans, mais pas connectés avec ce pathogène viral. L’infection est endémique dans les pays d’Afrique occidentale. La maladie provoque 300-500 000 cas par année avec environ 5 000 décès. La maladie a été signalée dans le passé au Nigéria, Liberia, en Sierra Leone, la Guinée et la République centrafricaine, mais on suppose aussi que les infections humaines existent également en République démocratique du Congo, au Mali et au Sénégal. Son principal provocateur est la souris de Multimammate Natal (” Mastomys natalensis”), un animal indigène vivant en Afrique subsaharienne. Le virus est probablement transmis par le contact direct avec les personnes malades mais surtout avec l´animal.

Prévention

La prévention demande avant tout une hygiéne personnelle et une distance avec les rongeurs et les personnes contactées. Il existe un médicament pour lutter contre le virus Lassa: la Ribavirine. Des doses devraient arriver au Bénin dans un délai court, et d’après Youssouf Gamatié, représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), c’est une chance que l’infection ait été détectée rapidement : « Selon la façon dont cette transmission s’est faite, nous allons pouvoir avoir des indices par rapport à la manière dont cette épidémie pourrait évoluer. Pour le moment, nous pensons que c’est une épidémie qui pourra être jugulée plutôt rapidement si nous arrivons à établir un système efficace et effectif pour la recherche des contacts et pour la prise en charge immédiate. »

Symptômes

Dans 80 % des cas, la maladie est inapparente, mais dans les 20 % restants, elle peut être compliquée. On estime que le virus est responsable d’environ 5 000 décès chaque année. Après une période d’incubation de six à vingt et un jours, une maladie aiguëe se développe. Les symptômes non spécifiques comprennent la fièvre, gonflement du visage et la fatigue musculaire, ainsi que la conjonctivite et saignements muqueuses. Les autres symptômes découlant des organes concernés sont :

  • Tractus gastro-intestinal
  • Nausées
  • Vomissements sanglants
  • Diarrhée sanglante
  • Maux de ventre
  • Constipation
  • Dysphagie
  • Systéme cardiovasculaire
  • Péricardite
  • Hypertension
  • Hypotension
  • Tachycardie (taux anormalement élevé de cœur)
  • Toux
  • Douleur thoracique
  • Dyspnée
  • Pharyngite
  • Pleurésie
  • Système nerveux

 

 

 

 

 

 

 

Africpost

 

 

 

 

Comments

comments

Loading...