1108879-bayern-munich-s-franck-ribery-620x0-2Uli Hoeness (Photo de trophée avec Franck Ribéry), le président du club de football allemand Bayern Munich, a été condamné ce 13 mars 2014 à trois ans et demi de prison ferme pour avoir fraudé le fisc de plus de 28 millions d’euros.

Le président du puissant Bayern a été « condamné à une peine de prison ferme de trois ans et six mois pour sept cas graves de fraude fiscale » ce jeudi 13 mars à Munich. Une peine de prison ferme paraissait inévitable pour Uli Hoeness. D’abord, le montant de la fraude fiscale a littéralement explosé depuis le début du procès, lundi, pour atteindre 28,5 millions d’euros, soit huit fois plus que la somme initiale. Du jamais vu. Une dimension qui tranche avec l’image d’homme intègre, entièrement dévoué au football, qui était celle d’Uli Hoeness.

Comme on pouvait s’y attendre, le tribunal de Munich n’a par ailleurs pas reconnu l’auto-dénonciation de l’intéressé, estimant qu’elle était intervenue trop tard. Cette procédure débouche sur un redressement fiscal et elle épargne ainsi des poursuites pénales à l’ex-fraudeur.

Echec de la stratégie de repentance

L’avocat d’Uli Hoeness avait en effet fait valoir que son client s’était lui même dénoncé aux autorités fiscales allemandes. Mais la stratégie de repentance du président du FC Bayern n’a pas produit ses fruits. En janvier 2013, Uli Hoeness avait en effet déclaré n’avoir dissimulé que quelques millions d’euros accumulés grâce à des revenus boursiers réalisés en Suisse. Loin des 28,5 millions d’euros découverts.

Certes, il aurait pu, en théorie, être condamné à dix ans de prison et le parquet avait réclamé une peine de cinq ans et demi. Mais une peine de prison ferme constitue un choc pour le manager respecté, dont la fibre sociale était connue. Quant aux succès sportifs et financiers du FC Bayern, ils n’ont plus besoin d’être soulignés.

Les avocats d’Uli Hoeness ont annoncé que leur client se pourvoyait en cassation. Il reste de ce fait pour l’instant en liberté. S’il a jusqu’ici bénéficié du soutien indéfectible des actionnaires, des dirigeants et des fans du club, sa condamnation à une peine de prison ferme pourrait remettre en cause son maintien à la tête de la présidence du Bayern Munich, le champion d’Europe en titre.

 

Pascal Thibaut

Correspond RFI á Berlin 

Comments

comments