7444117-la-mannschaft-new-look-un-barometre-de-la-diversite-migratoireUne polémique a éclaté dimanche en Allemagne après que le vice-président du parti Alternative pour l’Allemagne (AfD), Alexander Gauland, s’en est pris au défenseur central du Bayern Munich, Jérôme Boateng, en déclarant, dans l’édition dominicale du quotidien Frankfurter Allgemeine Zeitung : «Les gens l’apprécient en tant que footballeur. Mais ils ne veulent pas avoir Boateng comme voisin.» Le footballeur, qui s’apprête à disputer l’Euro en France avec la Mannschaft, a des origines ghanéennes par son père.

Le ministre allemand de la Justice, Heiko Maas, a qualifié cette sortie d’«indigne et inacceptable», et le président de la Fédération allemande de football, Alexander Grindel, a parlé d’une «instrumentalisation politique» de «mauvais goût» de l’équipe nationale. «Plutôt Boateng que Gauland comme voisin», a jugé sur Twitter Julia Klöckner, la vice-présidente du parti conservateur de la chancelière, dénonçant «le procédé typique de l’AfD : injurier, provoquer… puis relativiser».

Face au tollé, Alexander Gauland a en effet indiqué avoir seulement voulu exprimer «l’opinion de certaines personnes» sur le joueur et salué «l’intégration réussie de M. Boateng», en insistant sur le fait qu’il était de «confession chrétienne». Quoi qu’il en soit, la présidente de l’AfD, Frauke Petry, a désavoué son responsable sur le site du quotidien Bild, et présenté ses «excuses à M. Boateng pour l’impression qui est ressortie» de cet entretien.

Dejà, cette semaine, le mouvement anti-immigration Pegida s’était ulcéré de la dernière campagne publicitaire des chocolats Kinder, où figuraient les photos des joueurs de la Mannschaft lorsqu’ils étaient enfants. Deux images les ont particulièrement horrifiés : celles d’Ilkay Gündogan et de… Jérôme Boateng.

 

Johanna Luyssen 

Comments

comments

Loading...