UnknownLe jeune Erythréen, Khaled Idris Bahray, a été inhumé ce samedi 24 janvier 2015 au cimetière Gatow de Berlin, situé dans la banlieue Spandau. Une forte communauté Erythréenne lui a accompagné dans sa dernière demeure. Attristée et indignée cette forte communauté était omniprésente dans les alentours du cimetière oú il y avait une forte présence policiére pour protéger le lieu.

Quelques jours après « Charlie », le 12 janvier, Khaled Idris (20 ans), était retrouvé mort devant son domicile à Dresde, ville située en Allemagne de l´Est et réputée hostile aux étrangers. Cet Érythréen était parti faire des courses et n’était jamais rentré dans le logement social qu’il occupait au détriment et à la charge des Allemands.

Immédiatement, l’extrême gauche avait non seulement accusé la police de ne pas faire son travail, mais encore affirmé que c’était « l’extrême droite » qui avait commis ce meurtre. Les antifascistes, grâce à leur nombreux relais dans les médias, avaient obtenu une diffusion internationale de leurs propos délirants et mythomaniaques. Ils avaient en outre organisé des émeutes destructrices dans la ville, jurant de « venger Khaled ».

« La mort d’un réfugié Érythréen à Dresde montre les tensions raciales en Allemagne » [Killing of Eritrean refugee in Dresden exposes racial tensions in Germany] prétendait le Guardian, dénonçant les Européens racistes et meurtriers.

1421605534-thousands-remembered-khaled-idris-bahray-in-berlin_66867763L´autopsie sans être complètement achevée, le jeune Erythréen a été inhumé rapidement á Berlin. Les autorités administratives de Dresde affirment que la ville n´a pas un cimetière musulman et les parents du défunt souhaitent qu´il soit enterré á Berlin. D´aprés les enquêtes de la police allemande, l’un des colocataires du défunt serait le meurtrier présumé. Il a été arrêté par la police. Ce que la communauté africaine en Allemagne conteste. Le meurtre serait bien un néonazi mais pour ne pas salir l´image de l´Allemagne, les autorités allemandes ont préféré accuser un étranger comme d´ailleurs tous les meurtres africains en Allemagne. La thérorie du rendement de compte entre Erythréen a été argumentée par la police allemande.

« Gagné par l’anxiété » le colocataire qui aussi Erythréen a avoué le meurtre en espérant bénéficier un titre de séjour et des avantages sociaux. Il a été confondu par son ADN retrouvé sur l’arme du crime. Âgé de 26 ans, il est, comme sa victime, noir et islamiste. C’est un islamiste africain qui a commis ce « massacre » par « racisme ultraviolent », qui a été la « main criminelle des nervis de PEGIDA » et des « groupuscules néofascistes selon la thése de l´extrême droite allemande. À moins, comme il l’a révélé aux policiers, qu’il n’ait commis ce meurtre « sauvage » que pour une dette d’argent. En neuf jours, la police a donc réussi à mener cette enquête à son terme, loin des délires de l’extrême gauche sur les « collusions » de la police et de PEGIDA. Désormais le jeune Khaled Idris Bahray se repose isolé dans le cimetiére de Gatow. Sa tombe se trouve seule á l´entrée du cimetière.

Beerdigung-von-Khaled-Idriss-Bahray

1658217_930229300335182_4195823452306116719_o 10872752_930229810335131_8199260247819603531_o 10923310_930230157001763_502627437703085060_o

Photos: Africpost  

 

Africpost

Comments

comments

Loading...