alexandreDecroo

BRUXELLES, Belgique, 20 juin 2016/APO — Le vice-Premier ministre et ministre de la Coopération au développement Alexander De Croo a signé aujourd’hui à Bamako un nouveau programme de coopération avec le Mali. Le nouveau programme s’étale sur quatre ans (2016-2019) et met l’accent sur les droits de l’Homme et une croissance économique durable. Il mise aussi sur le renforcement des capacités et sur l’innovation. Lors de la signature du nouvel accord de coopération, le ministre De Croo a souligné l’importance de promouvoir les droits des femmes et l’entrepreneuriat local, deux éléments qui agissent comme des leviers de développement durable.
 

La Coopération belge au développement est active depuis une vingtaine d’années au Mali. Le précédent programme de coopération datant de 2009 a été prolongé en 2013, représentant une enveloppe totale de 51,74 millions d’euros sur 7 ans. L’an dernier, la Coopération belge au développement a investi 16,78 millions d’euros au Mali, la majeure partie de ce budget allant à la coopération technique. La Belgique est le 14e bailleur du Mali et le 11e bailleur bilatéral (données de l’OCDE, 2014).

Le nouveau programme de coopération signé aujourd’hui à Bamako par le ministre De Croo et Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères, de l’Intégration africaine et du Développement international, prévoit deux programmes sectoriels et une intervention ponctuelle :

le programme “Approche fondée sur les droits humains et les réformes institutionnelles pour une meilleure gouvernance locale” (11,5 millions d’euros) ;
le programme “Croissance économique durable et inclusive en favorisant le développement rural et la sécurité alimentaire” (16 millions d’euros) ;
le programme de renforcement des capacités et des institutions et des acteurs de la société civile au niveau de la région de Koulikoro et au niveau central (3,5M d’euros).

Attention pour les droits des femmes

Lors de la signature, le ministre De Croo a mis en exergue l’importance des droits humains et notamment des droits des femmes. “Les femmes sont les premières victimes des conflits et de l’insécurité, mais aussi de pratiques comme l’excision, les mariages forcés et la discrimination économique. Or, elles sont souvent la clé du développement. C’est pourquoi la Belgique accorde une place centrale à l’égalité hommes-femmes et à la lutte contre la discrimination et contre toutes les formes de violences faites aux femmes dans les programmes de coopération. Notre pays soutiendra au Mali la mise en place d’un dialogue  politique sur ce thème”, a-t-il déclaré.  
L’importance de l’entrepreneuriat local a aussi été mise en avant lors de la cérémonie de signature. L’entrepreneuriat peut jouer un rôle majeur dans le développement économique durable du Mali. Il faut pour cela qu’avec l’aide de partenaires techniques et financiers, les autorités locales et centrales maliennes, créent un climat propice aux entrepreneurs, facilitent l’accès au financement et fassent la promotion de l’entrepreneuriat. La Belgique y contribuera via le nouveau programme de coopération dans la région de Koulikouro, au nord de Bamako.
 
Engagement diplomatique et militaire

Le Mali a connu en 2012 et 2013 la plus grave crise de son existence. Une rébellion armée, un coup d’État et l’occupation du nord du pays par des groupes radicalisés et extrémistes ont rendu la situation sécuritaire très critique. Quelques 146.000 Maliens ont fui vers les pays voisins. Malgré l’accord de paix entré en vigueur l’an dernier, le pays reste en proie à une situation très précaire. 
 
La Belgique s’est beaucoup engagée ces dernières années au niveau diplomatique et en ce qui concerne la sécurité. À partir de juillet 2016, notre pays reprendra pour un an le commando de la mission de formation européenne au Mali (EUTM Mali). La présence militaire belge au Mali passera ainsi de 90 à 175 militaires. Notre pays participe en outre à EUCAP Sahel Mali et à la MINUSMA (United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission in Mali) avec respectivement 5 et 7 effectifs.
 
Quelques chiffres
•    Superficie : 1.240.192 km2, 40,6 fois la taille de la Belgique
•    Nombre d’habitants : 16,3 millions
•    Indice de développement humain : 176 sur 188
•    Croissance démographique : 3,6% par an (3e plus importante au monde)
•    Taux de fertilité : 6,3 (naissances par femme)
•    Taux d’alphabétisation : 33%
•    Accès à l’électricité : 16%
•    Accès à internet: 3%

Comments

comments