Switzerland-Syria-Dip_Horo

L’idée qu´un Noir puisse être à la tête d’un organisme, d’une institution, ou bien encore d’une nation occidentale relevait autrefois de l’utopie voir même du fantasme. À présent les visages de ces hauts fonctionnaires Afro-descendants tels qu´Obama (président des États-Unis), Fatou Bensouda (procureur de la CPI), Christiane Taubira (ministre de la justice), Rama Yade (ancienne secrétaire d’état aux affaires étrangères et des droits de l’homme) etc..nous sont devenus si familier qu’on en oublie miraculeusement ces systèmes de ségrégation raciale aux États-Unis, en Afrique du SUD qui tout récemment ne permettaient pas à un Noir le luxe de se considérer comme un citoyen à part entière ou bien encore ce système assimilationniste en France qui ne cesse de broyer les identités culturelles de tout un chacun de façon à en former une masse homogène, insipide, vidée de toute son originalité, de sa nature authentique, une masse de Noirs dociles qu’elle nomme par condescendance, « minoritaire visible », autrement dit la masse des citoyens de seconde zone. Ce phénomène récurant des promotions d’Afro-descendants par les occidentaux balaye soudain de nos mémoires ces 5 siècles d’esclavage, ces 100 ans de colonisation et ces quelques décennies constantes de néocolonialisme.

Doit-on pour autant considérer ce phénomène, ce « miracle de l’histoire » comme une aubaine pour le peuple Noir ? À cette question, nous répondons promptement et sans plus tergiverser par la négative.

Connaissant  d’ores et déjà l’esprit matérialiste occidental, par opposition au spiritualisme Africain, bouddhiste ou hindouiste, ce premier constamment régenté par l’intérêt, le profit et l’appât du gain, nous rappelle que les mains les plus philanthropes comme celles des micros finances (occidentale), destinés soi-disant à enrayer la paupérisation des populations Africaines et « tiers-mondiste » nous cachent bien souvent des taux d’intérêt inimaginables. En conséquence l’occidental, le leucoderme, par nature, ne fait rien qui lui soit, au préalable, dicté par la spéculation et le profit, un peu comme ci cela était congénital, inscrit dans les fibres les plus intimes de leurs chromosomes, greffé à leur ADN.

S’il existe des ONG bienfaisantes en Afrique ce n’est sûrement pas pour les beaux yeux des Africains.

Comprenez bien que tout ce regain d’humanisme ne vise qu’à affaiblir, voir même dans certains cas exterminer à petit feu le peuple Noir en le maintenant toujours vers le bas, en créant une dépendance afin qu’il ne s’émancipe. Le mot est lâché : émancipation, c´est ce que redoute le plus l’occident pour l’Afrique. Il la redoute tellement qu’il n’hésite pas à se montrer impitoyable afin de la neutraliser, ce faisant ainsi, tous les moyens sont bons pour parvenir à ses fins : propagation d’épidémies de type Sida, Ebola, Malaria… Déclenchement d’instabilités politiques au vu d’un effondrement démographique et d’une désertification de l’Afrique par les Africains… ceci de façon à créer un terrain propice au pillage des matières premières. Mais la stratégie que nous retiendrons le plus, celle qui est de loin la plus indécelable consiste à faire croire aux Africains que cette accession de plus en plus fréquente des Afro-descendants à des postes de haute responsabilité en occident serait due à un ébranlement du racisme dans ces sociétés pères fondatrices du concept de race et par conséquent à une flambée d’humanisme et de reconnaissance à l’égard des populations Noirs.

Vous l’aurez compris, il n’en est rien de tout cela, et bien qu’à présent leur mésestime et leur mépris envers les Noirs se révèlent être beaucoup moins flagrants que dans le passé, il n’en demeure pas moins que ce racisme et la virulence de leur haine à l’égard du peuple Noir reste toujours d’actualité.

Alors que se trame-t-il derrière la nomination des Afro-descendants à des postes à haute responsabilité ?

Au risque de vous surprendre, sachez que la stratégie de la promotion des Afro-desendants à des postes à haute responsabilité cache tout comme l’implantation militaire occidentale en Afrique, un projet de recolonisation de ce continent, mais aussi une annihilation du panafricanisme (idée selon laquelle tous les Africains sont frères), car l’unicité du peuple Noir, effraye l’occident en ce point qu’elle serait susceptible de mettre en péril leur hégémonie en Afrique

Malcolm X dans son discours House Negro/Field Negro (Nègre de maison, Nègre des champs) ainsi que Frantz Fanon “dans peau Noire masque blanc” pointaient déjà du doigt cette quête de reconnaissance et d’amour que bon nombre de Noirs aliénés cherchent à obtenir de l’homme « blanc », le regard de l’occidental, son acceptation et sa reconnaissance deviennent ainsi un baromètre de réussite pour le Noir.

Les leucodermes ont connaissance de cela, en désignant les Noirs à des postes de haute responsabilité, ils espèrent faire croire à ce Noir qu’il a atteint son rêve d’aliéné, celui d’être aimé, accepté ou admiré par l´homme “blanc”. Et dès lors que le Noir croit en cela, il devient alors un fervent serviteur de l’homme “blanc”, car il se dit qu’il doit sa position à l’homme “blanc”, en retour, il fera tout pour ne pas décevoir son maître en faisant tout ce qu’il lui dicte. Les occidentaux savent donc que ces partenaires Noirs sont d’excellents pions dans leur échiquier de recolonisation du Continent Africain. Mais d’un autre côté, ils redoutent cet éveil des consciences au sein de la diaspora Noire vivant en occident, ils se rendent compte que de plus en plus d’Africains ouvrent les yeux et ne croient plus à leurs mensonges qui prétendent venir en aide aux Africains, ils réalisent que le monde Noir sort peu à peu de son aliénation et est prêt à prendre son destin en main, ils réalisent aussi le potentiel immense de l’Afrique à l’heure où l’effondrement de l’occident s’amorce.

D’ailleurs, ils le disent eux même « l’Afrique est un continent d’avenir où tout peut se jouer », à cet égard, ils ont tout intérêt à étouffer cette renaissance Africaine en procédant à une recolonisation insidieuse à travers des pions tels qu’Obama, Fatou Bensouda et bien d’autres… De sorte que subjugués par cette soudaine reconnaissance de la part des blancs, les Africains baissent leur garde et ne songent plus à se battre pour reconstruire leur continent, de sorte qu’ils nourrissent de nouveau de l’espoir en pensant qu’après 5 siècles d’esclavage, 100 ans de colonisation et quelque décennies inachevés de néocolonialisme, ils puissent encore tirer de l’empathie de cet occident.

Cette brève analyse nous permet d´affirmer que la nomination des Afro-descendants à des postes à haute responsabilité constitue un piège qui risque encore une fois de plus de se refermer sur notre cher continent si le peuple Kamit persiste à se bercer d’illusions et d’émotions face à ce qu’on pourrait clairement appeler un cadeau empoisonné, un cadeau qui vise à émouvoir les noirs et les maintenir endormis afin de procéder à de nouveaux projets coloniaux.

Pour autant,  cette accession ne devrait pas être perçue d’emblée comme une manœuvre de corruption, seulement nous mettons en garde le monde Noir sur ces hauts fonctionnaires Afro-descendants que l’occident déploie comme des pantins agissant à la fois au détriment des intérêts du monde Noir et au profit d’intérêts occidentaux, notamment au profit d’une recolonisation de l’Afrique.

Quelques exemples de personnages d´origine africaine qui sont au service de l´occident.  

Koffi Anan, ancien secrétaire général de l’ONU, une organisation dont les méfaits en Afrique ne sont plus à démontrer.

kofi-annan1Barack Obama, le premier président Noir mandaté par les oligarchies occidentales pour la mise à mort du leader panafricain Muammar Kadhafi, allié de Sarkozy dans l’épisode qui avait conduit à l’arrestation arbitraire du président Ivoirien Laurent Gbagbo ainsi qu’au massacre de son peuple, sans parler d’autres méfaits qu’il aurait occasionné en Afrique, sur son propre continent. Par ailleurs, absence totale de prise de position face aux assassinats de Michael Brown, Trayvon Martin et Tamir Rice, des Noirs Américains victimes de crimes raciaux par des policiers blancs.

obamaLe Général Ward premier commandant d’AFRICOM, la force militaire instaurée par les États-Unis pour le nouveau projet de recolonisation du continent Africain.

Le-general-William-Ward-au-Togo_ng_image_fullProcureure de la cour pénale internationale, la gambienne Fatou Bensouda, le nouveau visage de la CPI, institution basée dans la poursuite des leaders Africains. Lumumba et Sankara vivant auraient sûrement eu à subir les sentences de cette femme.

fatou_bensouda-21Alassane Ouatara aime dire qu’il a travaillé dans les grandes institutions internationales (FMI…). Toutefois il omet de mentionner qu’il fit partie de ceux qui étaient chargés de faire appliquer en Afrique les programmes économiques de ces institutions, c’est-à-dire les programmes qui ont contribué à piller et étrangler les économies Africaine durant des années.

media_article_914Abdou Diouf, ancien président du Sénégal et ancien secrétaire général de la Francophonie, une organisation au service de la France pour continuer á dominer les africains.

_CB17543_1_750-b52c5 

 

Source: Africpost avec AfriQue-Afro

Comments

comments

Loading...