0,,18477088_354,00A Bruxelles, les pays de l’Union européenne ont décidé d’octroyer 72 millions d’euros d’aide supplémentaire, en plus de l’aide courante déjà promise à la République Centrafricaine.

La conférence avait pour but d’aider le pays à surmonter la crise en cours et rétablir une situation dans laquelle le gouvernement fonctionne normalement et les citoyens vivent en sécurité. Catherine Samba-Panza, la présidente centrafricaine par intérim, participait à la rencontre, aux côtés des principaux bailleurs de fonds de son pays. Financer les futures élections, le processus de DDR c´est á dire désarmement, démobilisation et réinsertion – mais aussi remettre en marche l’économie. Pour toutes ces raisons, la Centrafrique a besoin de fonds. C’était le message de la présidente de la transition Catherine Samba-Panza à l’ordre du jour d’une réunion des donateurs à Bruxelles.

Selon, Thierry Vircoulon, directeur du projet Afrique centrale de l’International Crisis Group: « La résolution du problème sécuritaire, ou en tout cas le début de la résolution du problème sécuritaire, passe par un programme de démobilisation, de désarmement et de réinsertion. C’est en effet une des priorités du financement, le financement n’étant qu’un des problèmes du DDR. Puisque dès la fin du forum de Bangui, au moins deux groupes armés qui avaient donné leur accord pour participer à un programme de DDR ont retiré cet accord juste après l’avoir donné. […] Il y a une longue histoire d’échecs de DDR en Centrafrique. Néanmoins, il est nécessaire d’en faire un qui soit bien calibré, qui soit bien contrôlé surtout et qui évite les phénomènes d’évaporation financière qu’ont connu les autres DDR. »

Africpost

Comments

comments

Loading...