dieng

Dans un entretien avec la Rfm et relayé par Médiafrik, Adama Dieng, conseiller spécial de Ban Ki Moon, a passé au peigne-fin l’avis du Groupe de Travail des Nations Unies relatif à la « libération et l’indemnisation » du prisonnier Karim Wade…

Le Groupe de Travail a déclaré que la détention de Karim Wade est arbitraire, le Gouvernement répond en disant que le Group n’est pas un tribunal. Qu’est- ce que vous pouvez expliquer ?

Le Gouvernement a raison, le Groupe de Travail n’est pas un tribunal, mais il a son importance. Dans l’affaire Karim Wade, c’est vrai qu’il y a eu des recours sur la détention arbitraire. La Cour de Justice de la Cedeaà en était saisie. Le Groupe de Travail a été saisi et son avis a été apprécié comme étant une ingérence dans les affaires judiciaires du pays. Mais il faut savoir que le Groupe de Travail étudie les conditions de détention. Il ne s’agit pas pour le Groupe de Travail d’examiner l’affaire Karim Wade sur le fond. Il a étudié ce dossier pour voir si sa détention a été faite selon les normes internationales et dans le respect des droits de l’homme en matière de détention. Notamment, ils ont fait référence aux dispositions importantes du pacte international relatif aux détentions politiques et en ce qui concerne le procès équitable.

Autant je ne comprends pas pourquoi il devrait y avoir de polémique autour de cette décision. Cette décision est une série de recommandations portées à l’attention des autorités sénégalaises. Le Sénégal étant membre des Nations Unies, il est tenu de respecter les décisions relatives à la coopération avec le Groupe de Travail. D’ailleurs cette coopération a été consacrée par une Résolution du Conseil des Droits de l’homme des Nations Unies qui invite tous les Etats membres de coopérer avec les Etats membres, de tenir compte de ses avis mais également de prendre les mesures appropriées pour remédier à la situation de personnes privées de liberté, et d’informer le Groupe de Travail des mesures qui auront été prises.

Est-ce que si le Gouvernement ne respecte pas ce que dit du Groupe de Travail, il y aura des conséquences ?

S’il y a faillite de la part de l’Etat du Sénégal, le Groupe va relancer le Gouvernement du Sénégal pour savoir si des mesures ont été prises telles qui les a préconisées. Et je pense que jusqu’ici, nous avons été absents des scènes judiciaires internationales pour non respect des droits de l’homme. J’ose espérer qu’une solution sera trouvée pour faire en sorte que le dossier soit géré dans le respect des principes de la légalité.

Africpost

Comments

comments

Loading...