af97f7687d8c8f898298b9bfbabc4cb51. L’État du Sénégal est religieux, libéral, démocratique et social. Il est cependant équidistant dans la gestion du culte. L’État est le premier protecteur du culte monothéiste et de la famille.

2. Le Président de la République du Sénégal est cumulativement chef d’État et chef de gouvernement. Le poste de Premier Ministre est de ce fait supprimé et remplacé par celui d’un vice-président actif, élu sur la base des mêmes critères que le Président de la République. L’exécutif national est donc unicéphale.        

3. Au moins soixante-cinq pour cent du budget national seront alloués par contrainte constitutionnelle à l’agriculture, l’élevage, l’hydraulique, la santé publique, l’éducation nationale et la formation professionnelle.

4. L’enseignement est public, gratuit et obligatoire du préscolaire au supérieur. Des cours de religion seront dispensés dans tous les établissements d’enseignement publics et privés du Sénégal.

5. Le service militaire est obligatoire pour tous les citoyens sénégalais âgés de 18 ans. Un service civique national sera institué comme alternative obligatoire pour les inaptes au service militaire et objecteurs de conscience.

6. La Constitution du Sénégal préverra la dissolution du Conseil Supérieur de la Magistrature, la suppression du ministère de la justice et l’élection des juges et procureurs au suffrage universel direct.

7. Le cumul de mandats électifs est interdit. La durée d’un mandat électif est de cinq ans renouvelable une seule et unique fois. Le calendrier républicain sera organisé de telle sorte que les élections présidentielles et législatives auront lieu simultanément.

8. Par le moyen d’une contrainte constitutionnelle impérative, le nombre de partis politiques sera limité à quatre formations institutionnalisées, et financées par le trésor public.

9. Le code électoral préverra l’organisation et la tenue d’élections primaires libres, indépendantes, démocratiques et transparentes au sein des partis politiques.

10. Les conseils régionaux, municipalités et communautés rurales seront dissouts et leurs compétences transmises respectivement aux gouverneurs de région, préfets et sous-préfets.

11. L’État du Sénégal se réservera le droit régalien et inaliénable de créer sa propre monnaie. Par conséquent le Sénégal s’affranchira du franc CFA.

12. Les secteurs suivants feront l’objet d’un monopole public perpétuel :

. L’eau, l’électricité et les hydrocarbures.

. La santé, l’éducation, la défense et la sécurité.

. Les postes, les télécommunications, les transports terrestres et l’hygiène publique.

 13. La Constitution interdira au gouvernement du Sénégal d’intégrer toute forme d’institutions, d’organisations, de régimes et/ou de structures de nature à entraver l’indépendance et la souveraineté du Sénégal.

 14. Le droit de vote sera dorénavant exclusivement réservé aux seuls citoyens civils sénégalais remplissant les critères requis. Les militaires et paramilitaires seront interdits de vote. Le prosélytisme religieux sera interdit dans les rangs des forces armées.

 15. La prostitution, l’homosexualité, le transsexualisme, le mariage entre deux individus du même sexe et l’homoparentalité seront formellement interdits. La propagande et le militantisme en faveur des ces comportements susnommés feront l’objet de poursuites judiciaires et d’une sanction pénale draconienne. L’adoption, sauf circonstance extraordinaire qui sera définie par une loi, sera strictement interdite et remplacée par une forme de prise en charge publique par l’intermédiaire des services compétents rattachés au ministère de famille.

 

 

 

Abd El Kader Niang 

Politologue et essayiste basé á Hambourg en Allemagne

 

 

Comments

comments

Loading...