L’avion est le moyen de transport le plus sûr. A en croire les statistiques, les accidents d’avion surviennent beaucoup moins souvent que les accidents de la route ou de même de métro. Pourtant, le mois de juillet 2014 a suscité des doutes par rapport à cette théorie. En effet, des événements tragiques qui ont emporté des centaines de vies humaines se sont produits aux 4 coins du monde. Même les personnes les plus résolues et intrépides ont préféré reporter leur voyage par avion.

La catastrophe du Boeing malaisien qui réalisait le vol Amsterdam-Kuala Lumpur a ouvert cette série noire. Le crash s’est produit le 17 juillet au-dessus de la région de Donetsk en Ukraine, provoquant la mort de tous les 298 personnes à bord. A la demande des contrôleurs aériens, l’avion volait au-dessous de l’altitude prescrite. Selon les premières informations, il aurait été abattu par un missile sol-air Bouk. Les Pays-Bas dirigent l’enquête internationale ouverte suite à ce terrible accident. C’est à leur demande que la Grande Bretagne travaille sur le décryptage des donnés des boîtes noires qui peuvent faire la lumière sur les causes de la catastrophe.

Le deuxième crash s’est produit à Taïwan, où l’atterrissage forcé de l’avion de ligne de TransAsia Airways a coûté la vie à des dizaines de personnes. Le bilan s’élève à 36 tués et 10 blessés. L’avion transportait en tout 54 passagers et 4 membres d’équipage. L’accident serait lié aux mauvaises conditions atmosphériques au-dessus de l’aéroport de la ville de Magun. Auparavant, le typhon Matmo s’est abattu sur l’île.

Le destin frappe à nouveau le 24 juillet, lorsque l’avion d’Air Algérie, parti d’Ouadougou à destination d’Alger s’écrase dans le nord du Mali, où ses débris ont été découverts. L’appareil transportait 110 passagers et 6 membres d’équipage. Selon les premières informations, l’accident serait lié à de mauvaises conditions atmosphériques, mais les experts devront faire la lumière sur les détails de l’accident.

Plus tôt dans la semaine, la plupart des compagnies aériennes étrangères ont suspendu les vols à destination d’Israël en rapport avec le risque des tirs de missiles contre l’aéroport international de Ben Gourion, rapporte notre correspondante du Proche-Orient Ksénia Svetlova.

« Les transporteurs ont pris cette décision après qu’un missile ait explosé dans la cour d’une maison dans la bourgade de Yehud, située à seulement 2-3 km de Ben Gourion. En fait, les missiles ne font pas de victimes en Israël grâce au système antiaérien perfectionné connu sous le nom de « Dôme de fer ». Mais lorsqu’il est question de la sécurité des passagers et des avions, les transporteurs internationaux se montrent très prudents.»

A son tour, ICAO (l’Organisation internationale d’aviation civile) a prévu de rencontrer prochainement les responsables concernés aux fins de coordination des mesures de sécurité des vols. Selon Oleg Panteléev qui dirige le service analytique de l’agence Aviaport, il faut commencer par faire toute la lumière sur les causes des accidents d’avion :

« Il faut au premier chef essayer de déceler les traits communs des différents accidents pour savoir s’il s’agit d’un simple concours de circonstances ou de la manifestation d’une régularité dont il faudra tenir compte en travaillant sur les mesures destinées à mieux sécuriser des vols. En effet, si on découvre une régularité qui se répète, c’est le signe qu’il faut modifier les réglementations en conséquence.»

Reste à espérer qu’il y aura bientôt les nouvelles réglementations qui permettront d’assurer le contrôle des avions civils dans l’espace aérien

La Voix de la Russie

Comments

comments